Emission du Mercredi 26 Avril 2017 et son résumé

 
26
avril
2017
Rédigé par Kal - 26 avril 2017
 
 




Derniers articles



Derniers commentaires



Archives

 

 

Attention, ce résumé est une interprétation personnelle du signataire, l'objectivité et la véracité des propos relatés ne sont donc pas complètement garantis, les rédacteurs s'efforcent cependant à rédiger les faits le plus précisément possible.

 


Maurice nous annoncera qu'il sera absent environ une semaine et cette émission du 26 avril 2017 sera la dernière avant la reprise. Patrice sera le premier intervenant et nous parlera de sa nouvelle région et de ce qu'il a pu y découvrir.
 
Patrice reviendra sur Emmanuel Macron et Maurice parlera du dirigeant de Free à savoir Xavier Niel.
 
Peter nous parlera de Periscope et des choix qu'il a faits sur ce support. Patrice conseillera Alexandre pour lui permettre de faire le buzz à tout prix, est-il prêt à cela ?
 
Jesse nous dira pourquoi il n'est pas d'accord avec les propos de Maurice tenu un peu plusieurs tot dans l'émission et qui concernent les conditions de travail chez carrefour. Se fera-t-il mette à la porte de l'émission ce soir ?
 
Kader essayera d'avoir un échange avec Daniel mais sera-t-il réceptif ?
 
Kal

Podcasts

Les Podcasts de Maurice c'est la nuit ne seront désormais plus téléchargeables.

Ils resteront disponibles en streaming gratuitement pendant un mois, puis seront disponibles en téléchargement dans la boutique officielle, sans les morceaux de musique diffusés.

Maurice Radio Libre existe pour et grâce à ceux qui l’écoutent !
Pour maintenir une qualité technique du son de la source à tes oreilles,
Ta radio compte sur ton don !
Merci à toi...
PayPal - la solution de paiement en ligne la plus simple et la plus sécurisée !


Classé dans : Non classé - Mots clés :
Patrice de Saint-Jean-De-Luz Peter de Puget-sur-Argents Alexandre de Strasbourg Jesse de Compiègne Alexis de Sydney Yohan de Nice Daniel de Réalmont Madagascar Xavier Niel périscope buzz dispute patronat



9 commentaires


dimanche 14 mai 2017 @ 23:49 Alexis 38 ans - ChCh a dit : #1

Salut beef-j,

La dette est un soucis, pas a cause de son montant mais a cause de son cout pour les etats. C'est dans une certaine mesure moins genant pour les US, en tout cas tant que le dollar US parvient a maintenir son hegemonie mondiale.

Mais pour la France et son modele social, c'est tres clairement un gros soucis qui peut tres vite se concretiser par des coupes budgetaires violentes qui risquent de rendre pas mal de beneficiaires perdants un peu nerveux...

Mais en effet, il est possible de se dire que ca n'a pas d'importance et que l'on peut continuer a creuser, jusqu'au jour ou il sera trop tard pour reagir.

Alex

dimanche 14 mai 2017 @ 22:32 beej-j 28 ans - a dit : #2

Arrêtez d'embobiner les gens avec votre histoire de dette, celle des USA atteint les 18 000 milliards d'euros !

lundi 08 mai 2017 @ 22:49 Alexis 38 ans - ChCh a dit : #3

Sympa cette discussion, merci de me repondre meme si nous ne sommes pas d'accord!

Pour ce qui est de mon exemple, il est tout aussi valable pour l'industrie des services. La encore je prends mon exemple local (NZ) ou les services representent une part tres importante de l'economie (telecom et web principalement). La encore, pas de barrieres a la concurrence alors que le pays joue sur des marches a tres bas couts de main d'oeuvre, notamment asiatiques. La solution? Proposer des services a tres haute valeur ajoutee qui "price out" la concurrence a bas cout. Ne considerer que le cout de la main d'oeuvre c'est une approche marxiste (sans injure) qui considere que la valeur de quelque chose est la somme des divers couts. En realite et selon l'approche liberale, la valeur de quelque chose est uniquement la consequence de la demande pour le produit ou le service. En exemple, le premier verre d'eau dans le desert pour une personne qui a soif vaut tres cher, le second deja beaucoup moins et pourtant, l'effort pour produire les deux verres d'eau est le meme.

Enfin pour ce qui est du protectionisme, bien sur que les pays anglo-saxons le pratique et ca ne fonctionne pas non plus pour eux, sauf pour proteger des lobbys ou certaines industries mais toujours au detriment des consommateurs. Parceque si une industrie ne parvient pas a survivre en concurrence totale avec les autres, ca signifie qu'elle n'est pas adaptee et pas suffisamment efficace et qu'en la protegeant, on entretient la mediocrite des services a un prix trop eleve.

Je t'accorde que la pratique mondiale du socialimse et du protectionisme rebd tout cela difficile a concevoir et pourtant, le monde pourrait tres bien se passer de toutes ces contraintes. Et il risque de devoir le faire sous le poid de sa propre dette mais c'est un autre sujet ;-)

Alex

lundi 08 mai 2017 @ 20:48 Pascal 36 ans ans - Aix en Provence a dit : #4

Salut Alex,

ok je ne conteste pas que la concurrence (nationale ou internationale) favorise la productivité d'un secteur. On peut prendre par exemple les taxis dont l'offre s'était sclérosé au fil des décennies.

Il ne faut toutefois pas être crédule pour croire que toute concurrence est libre et non faussée. Je reprend l'exemple des taxis avec Uber qui organise son service sur du dumping fiscale et sociale (revenus d'exploitation envoyés dans des paradis fiscaux, statuts auto entrepreneur des conducteurs déclarant peu ou pas de charges).

Comme Maurice tu focalises ton raisonnement sur la seule production de biens. Alors qu'actuellement ce sont les services qui sont à plus grande VA qui sont concernés (facebook et google pour la pub, amazon pour la distribution de biens, uber pour les transports de personnes, ryanair...).

Tu sais même les anglo saxons qui prônent le libéralisme favorisent leur propre marché quand cela est à leur avantage. Vous oubliez toi et maurice qu'un pays n'est pas qu'une place de marché mais avant tout un centre d’intérêt stratégique pour les gens qui y vivent. Se contenter d'agir comme un simple client des autres pays est une erreur qui sera bien amère à digérer.

+

dimanche 07 mai 2017 @ 23:22 Alexis a dit : #5

Salut Pascal,

En fait le liberalisme "aveugle", c'est la seule chose qui n'a pas ete essaye en France donc c'est difficile de conclure que "ca ne marchera jamais"... Pour vivre dans un pays beaucoup plus liberal que la France, la Nouvelle-Zelande, je peux confirmer a quel point la liberte economique beneficie a tout le monde et pas seulement aux plus riches.

Aujourd'hui en NZ, il n'y a presque pas d'usine, si ce n'est en agroalimentaire pour la production locale et l'export. Une economie peut parfaitement prosperer sans usines, c'est ce que les francais ne parviennent pas a comprendre d'ou les difficultes a evoluer.

Un exemple local, le commerce de la viande: dans les annees 90, l'elevage de betail en NZ etait une activite qui ne rapportait rien, principalement parceque l'etat avait fortement rigidifie cette activite. Ils ont fortement liberalise tout le secteur dans les annees 90 et aujourd'hui, c'est non seulement un des domaines economiques ou le pays est le plus performant mais aussi une des meilleures viandes que tu puisses trouver dans le monde et a un prix raisonnable.

La France peut continuer a se battre contre le marche mais une chose est certaine, elle ne gagnera pas.

Alex

dimanche 07 mai 2017 @ 15:45 Pascal a dit : #6

Salut Alexis,

Je comprend ton désaccord. J'aurais put tenir le même discours basé sur les avantages comparatif il y a 5 ans.

Toutefois cette logique fonctionne si les deux pays échangent équitablement ce qui n'est pas notre cas avec une balance commerciale en france plus que déficitaire.

De plus, on parlait avant d'avantage de productivité. De nos jours c'est plus un avantage de coût de certains pays par rapport à d'autres. Cet avantage s'explique par des législations et un cout de la vie totalement différent selon les pays.

Selon moi cette concurrence n'est pas vraiment quelque chose de sain du fait que finalement les employeurs en France subventionnent une consommation qui part à l'export à des entreprises qui eux ne participe pas (cotisations et impositions).

La recherche du seul cout le plus bas n'est pas justifié ni bénéfique. Pas besoin de s’étonner dès lors que notre économie s'enfonce de j en j.

D'ailleurs je réitère ma critique envers la réflexion de Maurice qui se contente de parler de la seule production des biens alors que désormais les services sont également fortement concurrencé par cette logique du coût le plus bas.

Je ne prescrit pas pour autant une autarcie totale du pays mais un libéralisme aveugle ne peut être que suicidaire pour notre économie.

+

dimanche 30 avril 2017 @ 19:48 Jero 42 ans - Lyon a dit : #7

En écoutant le podcast je me demandais quelle était cette histoire de cire d'abeille?

En tout cas j'ai compris ça :

Xavier Niel, Maurice miel, même combat.

dimanche 30 avril 2017 @ 10:54 Alexis 38 ans - ChCh a dit : #8

Salut Pascal,

Je ne suis pas en accord avec ca: "Reste que dans une union européenne avec des polonais, des roumains et des bulgares, c'est forcement le travailleur français qui en supporte les conséquences".

Si le travailleur francais produit un travail dont la qualite peut etre egalee par un travailleur venant de Pologne, c'est que son taux horaire est trop eleve. Ca va donc le forcer a changer de secteur ou a fournir un service different.

A tres court terme, c'est difficile car ca force un changement mais sur le long terme, c'est benefique pour tous.

Il y a des metiers qui disparaissent et qui apparaissent tous les jours, l'economie est ainsi faite. Il n'y a que dans les economies dirigees que l'on pouvait esperer faire le meme metier toute sa vie, je doute que c'en etait plus enrichissant pour les travailleurs.

Aussi un avantage cache, c'est que la concurrence "force" les travailleurs a toujours apprendre de nouvelles choses, a toujours se remettre en question. Il n'y a pas de meilleure approche pour pouvoir gerer le changement quand il arrive.

Ne pas etre prepare ni forme, c'est ca la veritable insecurite.

Alex

jeudi 27 avril 2017 @ 17:57 Pascal 36 ans ans - Aix en Provence a dit : #9

Salut,

Le problème du transport est le cabotage qui est une directive EU permettant à des entreprises eu de réaliser des transports interne quand le véhicule de traction passe à travers le territoire du pays.

Le transport routier de marchandises est un secteur fortement concurrentiel à faible valeur ajoutée et donc marge.

La concurrence EU du fait de la directive concernant le cabotage contribue à faire baisser les prix du TRM en France.

Comme dans d'autres secteurs comme le BTP et le travail détaché la concurrence eu s'est fortement accrue ces dernières années.

Bon ou mauvais c'est le principe des lois EU qui est de favoriser la concurrence dans l'union. Reste que dans une union européenne avec des polonais, des roumains et des bulgares, c'est forcement le travailleur français qui en supporte les conséquences.

Le problème de l'intervenant est qu'il oublie que son patron n'est qu'un exécutant qui subie autant que lui la directive EU.

+

Écrire un commentaire


Tu veux apporter ton grain de sel ? Ton propos est le bienvenu. Avons nous besoin de le rappeler ? Peut être...
N'oublie pas qu'ici les propos racistes, diffamatoires, spam et autres défouloirs ne seront pas diffusés.
Alors on s'essuie les pieds, on boit un verre d'eau et on vient causer en toute simplicité.



Capcha
Entrez le code de l'image :